MENU
MENU
Fermer
Bienvenue dans votre Lascaux !
Accéder à mon espace personnel



Pas encore de compte ?
Mot de passe oublié
Ou se connecter avec


76ème anniversaire de la découverte !

Posté le 12 Septembre 2016 par L'équipe Lascaux

"Il y a 76 ans aujourd'hui - Les inventeurs de Lascaux"

"Il y a 76 ans aujourd'hui - Les inventeurs de Lascaux"

 

En 1940, quatre jeunes découvraient par hasard une grotte préhistorique en Dordogne. Sept décennies plus tard, l'un de ces inventeurs pénètre dans la réplique en taille réelle de ce lieu devenu patrimonial.

Retour sur ces 4 adolescents qui ont marqué à jamais l’histoire de Lascaux…

 

lascaux

 

A quelques centaines de mètres de Montignac, dans une clairière de la colline de #Lascaux, Marcel Ravidat, âgé de 18 ans, se promène avec son chien Robot le 8 septembre 1940. Lorsque ce dernier disparaît dans un trou au sol, provoqué par la chute d'un arbre quelques années plus tôt, le jeune apprenti mécanicien a alors l'idée d'y jeter des pierres. Celles-ci roulent, longtemps, dans les profondeurs...
Marcel le sent : Il vient de trouver quelque chose d’extraordinaire... Peut-être le sous-terrain qui mènerait au Manoir de Lascaux et qui fait partie des légendes locales ?

Il ne reviendra que quatre jours plus tard avec quelques camarades, découvrant alors une des plus grandes œuvres archéologiques du XXe siècle...

 

marcel-ravidat-lascaux

 


Jacques Marsal, "le montignacois", a presque 15 ans cet été là. Jeune élève en vacances, il sera présent lors de la désormais célèbre journée du 12 septembre 1940, allant alerter son ancien instituteur Léon Laval quelques jours plus tard.
Il ne retournera pas à l'école, mais campera sur les lieux avec son ami Marcel, afin d'assurer la protection de la grotte jusqu'en 1942.
Cette même année, il sera arrêté sur le pont de Montignac par la gendarmerie française et requis par le Service du Travail Obligatoire en Allemagne.
Sur la suggestion de Marcel Ravidat, il deviendra guide officiel de Lascaux dès l'ouverture au public en 1948, et ce, durant une quinzaine d'années...

 

jacques-marsal

 


Georges Agniel est né en 1924. Ses parents se sont exilés à Paris pour y travailler. Georges est en vacances chez sa grand-mère maternelle lorsqu'il participe à la fabuleuse découverte du 12 septembre 1940. Il doit cependant quitter ses amis très vite pour reprendre l'école et rejoindre ses parents sur Paris et ne figure que sur de très rares photos de cet automne 1940.
Agent technique chez Citroën puis à l’entreprise Thomson-Houston, il revient à Montignac le 11 novembre 1986 pour y retrouver ses trois comparses Marcel, Jacques et Simon.
Il participera ensuite aux cérémonies du 50ème anniversaire de la découverte, en présence de François Mitterrand et sera décoré de l'Ordre national du Mérite en 1991.

 

georges-agniel-lascaux


Il est le premier adulte à avoir pénétré dans la grotte de Lascaux. Nous sommes le 16 septembre 1940 lorsque Jacques Marsal vient frapper chez Léon Laval, son ancien instituteur, pour lui faire part de la découverte. C'est le 18 septembre qu'il descendra lui-même dans la cavité pour confirmer l'extraordinaire trouvaille !
Instituteur à la retraite, fils d'un couple d'instituteur, Léon est passionné de littérature, de théâtre, de musique mais également d'archéologie. Il deviendra correspondant du CNRS et délégué des Monuments Historiques (c'est à dire Conservateur de la Grotte) jusqu'en 1948, date de son ouverture au public.
C'est notamment Léon Laval qui échangera avec l'Abbé Breuil pour permettre d'authentification de la grotte et de ses peintures.

 

leon-laval


Simon Coencas, aujourd'hui âgé de 89 ans, est réfugié à Montignac avec sa famille juive en 1940 lorsqu'il participera à cette sublime épopée. Âgé de 13 ans, c'est alors le plus jeune de la bande !
Il n’apparaît pas sur les photographies prises dans les jours suivant la découverte : avec sa famille, il regagne Paris quelques jours après la découverte de la grotte. La vie n'est pas simple pour Simon, qui voit son père et sa mère se faire arrêter, puis sera arrêté lui-même et déporté à Drancy. Il en ressort miraculeusement 1 mois après sa déportation et se cachera jusqu'à la fin de la guerre.
Comme il aime à le raconter, "il fera trente-six métiers" mais tient à être présent chaque année, pour l'anniversaire de la découverte. Cette année encore, Simon nous fait l'honneur de sa présence et a visité le chantier du Centre International de l'Art Pariétal aux côtés du Président du Conseil Départemental de la Dordogne, M. Germinal Peiro.

Comme pour ses amis d'enfance, Simon est décoré de l’Ordre national du Mérite en 1991, puis est nommé officier des Arts et des Lettres en 2011.

 

coencas-lascaux

Votre commentaire a bien été envoyée.






Allez plus loin...