MENU
Fermer
Bienvenue dans votre Lascaux !
Accéder à mon espace personnel



Pas encore de compte ?
Mot de passe oublié
Ou se connecter avec


Dior s’inspire de Lascaux !

Posté le 15 Mai 2017 par L'équipe Lascaux

Une collection en hommage à l’art des cavernes !

C'est dans les steppes californiennes au cœur des montagnes de Santa Monica que la collection "Dior Sauvage" 2018 a été présentée devant 800 invités et un parterre de célébrités : une nouvelle conquête de l'Ouest, doublée d'un hommage aux prémices de l'humanité...

Tout droit sorti des cavernes de Lascaux !

 

dior


Une cinquantaine de mannequins ont ainsi dévoilé des créations inspirées à la fois de la Préhistoire et des peintures de Lascaux, en proposant une collection tout droit sortie de l'Ouest américain et de ses étendues désertiques, composée de jupes en tulle strictes, de robes aux motifs primitifs et broderies de paillettes aux nuances terreuses.

 

Diorr

 


Éloge de la naissance de l'art, le nouveau motif est ancien : il représente les premiers dessins de l'homme sur les murs de la grotte de Lascaux. Sur de la maille ou de la soie, cet imprimé aux traits naïfs est plus que jamais d'actualité.

 

diorrr

 

 

Cest en 1951, soit 11 ans après la découverte de la grotte de Lascaux, que Christian Dior imagine un imprimé dédié qu'il nommera « ovale ». Car la découverte de Lascaux, précise le créateur, marquera les esprits des artistes de l'époque...

 

diorrrrrr

 

"La découverte de la grotte de Lascaux, en 1940, a eu une grande influence sur les artistes de l’époque. Pour Georges Bataille, elle représente l’aube de l’espèce humaine. La puissance avec laquelle sont représentés les animaux (cerfs, chevaux, bœufs…) nous ramène à l’enfance de l’humanité, à son rapport à la nature, ainsi qu’à l’invention de l’art. En 1951, Christian Dior s’approprie ces peintures rupestres et en fait un imprimé pour sa ligne dite Ovale, forme qui rappelle une représentation féminine primitive, telle la Vénus de Willendorf. C’est cette féminité sauvage et antique, liée à la magie de la terre, qui a guidé Maria Grazia Chiuri, Directrice Artistique des collections pour femme de Dior, tout au long de cette première collection croisière pour la Maison.


Ainsi prend forme une représentation féminine qui laisse s’écouler dans le présent cette intuition chamanique, cet esprit sauvage, presque bestial, dont parle Clarissa Pinkola Estés dans un livre cher à la créatrice : Femmes qui courent avec les loups.


Maria Grazia Chiuri recherche toujours des chemins différents pour traverser l’héritage de Dior. Et ce sont les loups, animaux préhistoriques, qui émergent de la grotte de Lascaux pour prendre place sur des jacquards de soie extraordinaires, sur lesquels l’ocre, presque couleur or, contraste avec le noir. Des empreintes de mains féminines, réinterprétations des formes originelles, deviennent de magnifiques broderies de paillettes aux nuances terreuses.


Maria Grazia Chiuri s’est approprié les savoir-faire des ateliers Dior pour mieux les réinventer dans des formes idéales qui racontent son histoire. Une histoire qui modifie les proportions et les longueurs pour les ajuster aux paysages actuels, où le sport se mêle à la haute couture, où la tradition devient abstraction ornementale et où les matériaux changent de statut.


L’éloge de l’instinct l’emmène sur les traces de figures féminines qui ont choisi de se perdre dans le désert pour mieux comprendre le côté le plus sombre et le plus profond du moi. C’est l’image d’une artiste comme Georgia O’Keeffe qui émerge alors des sables du Nouveau-Mexique. Une figure hiératique occupée à ramasser des carcasses. C’est ce que dit Vicki Noble dans La Femme Shakti, le Nouveau Chamanisme féminin : « Je veux me connaître moi-même jusque dans mon centre sacré, et dans cet espace, je veux connaître et toucher les autres. » Ce sont aussi les tarots, aux couleurs violentes, réinventés de manière féministe par Vicki Noble, que Maria Grazia Chiuri utilise dans une interprétation pop pour donner un souffle nouveau à l’art de la divination si cher à Monsieur Dior. L’idée que l’odeur d’une personne soit l’expression de son âme se retrouve dans l’interprétation féminine d’un parfum emblématique tel qu’Eau Sauvage. L’empreinte immatérielle de cette figure sauvage, erratique, ramène une fois encore la femme au centre du monde."*

*Source : Site Dior

 

Votre commentaire a bien été envoyée.

Vous souhaitez commenter cet article ?
Remplissez notre formulaire ci-dessous





Allez plus loin...