MENU
Fermer
Bienvenue dans votre Lascaux !
Accéder à mon espace personnel



Pas encore de compte ?
Mot de passe oublié
Ou se connecter avec


ACCUEIL - L'art rupestre du Sahara

L'art rupestre du Sahara

Rencontre autour de Lascaux


Destinées à apporter des éclairages sur diverses thématiques autour de l'art pariétal, les conférences proposées à Lascaux Centre International s'adressent à tout public: enseignants, étudiants, chercheurs... Retrouvez toutes les conférences en replay sur notre chaîne Youtube Lascaux Officiel !

 

Samedi 06 avril 2019 - A partir de 16h

Fatma-Zohra KHALED : L'art rupestre du Sahara

RÉSERVEZ EN LIGNE

 

Résumé

L'art rupestre compte parmi les composantes culturelles les plus importantes de la Préhistoire du continent nord-africain. Les sociétés préhistoriques et protohistoriques de cette région ont concrétisé leur pensée symbolique et imaginaire à travers l'art rupestre. Présent sous forme de gravures et peintures, cet art illustre essentiellement des animaux mais aussi des humains, des objets, des signes et les premiers caractères alphabétiques.

Cet art, tous styles confondus, concerne de nombreux sujets, de nombreuses thématiques et s’exprime à travers plusieurs nuances stylistiques. Il nous renseigne sur le mode de vie de ses artistes : leurs vêtements, leurs équipements, leurs pratiques de chasse, d’élevage, de combat, leur spiritualité mais aussi sur leur morphologie et leur environnement.

Les représentations animales dominent l’ensemble des sujets notamment les mammifères avec une préférence remarquable pour certaines espèces comme l’éléphant, la girafe, le bubale antique, le bélier, les félins, l’antilope et le rhinocéros. Ce sont des animaux que l’on ne rencontre plus dans la région (éteints ou émigrés) et qui représentent une faune de climat relativement humide.

La datation de cet art rupestre est difficile ; néanmoins, divers repères archéologiques, fauniques, climatologiques ou historiques permettent d’établir une chronologie relative, débutant probablement au Néolithique, qui a été souvent discutée et se prolonge sous des formes et des thématiques continuellement renouvelées jusqu’au début de l’Histoire.

Le Sahara s’est vidé de sa population animale au fur et à mesure de la disparition totale de la savane et de la diminution des précipitations durant la fin de la deuxième phase humide du dernier pluvial, suivi d’un climat tempéré qui marque l’appauvrissement de la grande faune, la décadence de l’art rupestre et ensuite son extinction.

Fatma-Zohra KHALED

Docteur en Préhistoire, chercheur-associée au Muséum National d’Histoire Naturelle. Paris le 10/02/2019.

Conf-Sahara_affiche-facebook-conf-20_R