MENU
Fermer
Bienvenue dans votre Lascaux !
Accéder à mon espace personnel



Pas encore de compte ?
Mot de passe oublié
Ou se connecter avec


ACCUEIL - Conférence de Patrick Paillet

Conférence de Patrick Paillet

L'image du bison dans l'art pariétal et mobilier

Conférence "L'image du bison dans l'art pariétal et mobilier" - Patrick Paillet :
samedi 07 septembre 2019 à partir de 16h dans le cinéma 3D

Les peintures et gravures pariétales paléolithiques dans le monde franco-ibérique, en Italie, en Roumanie, dans l’Oural par exemple et les œuvres sur supports mobiles, osseux ou lithiques, montrent l’orientation thématique dominante de l’art pariétal paléolithique : les animaux. L’art paléolithique, entre 37 000 et 12 000 ans environ est un art de chasseurs. L’animal appartient à la fois à la faune et au bestiaire. Il est physique et métaphysique. La profondeur naturaliste de l’art animalier paléolithique est tout à la fois intense, belle et trompeuse. Sur les parois des grottes et sur les objets du quotidien, les animaux ne sont pas dans leur milieu naturel et leur rapport au réel doit être vu dans toute sa profondeur symbolique. L’art de l’imitation n’est, au Paléolithique, qu’une forme d’illusion du réel ou plutôt d’allusion au réel. Si l’on admire parfois le soin apporté aux détails anatomiques des animaux ou à leur mise en animation, on voit plus souvent des bêtes déformés ou incomplètes. Le style et l’esthétique, ainsi que l’adaptation aux multiples contraintes exercées par le support, font admirer le génie créatif des artistes de la Préhistoire, dont les compositions, par leur formulation imaginaire, s’éloignent du réel. Dans un bestiaire somme toute diversifié, même s’il se limite souvent à une dizaine d’espèces, le bison est un acteur iconographique fondamental au côté du cheval avec lequel ils constituent une dyade si souvent décrite et interprétée par les auteurs. Au même titre que le mammouth, le bison des steppes a pour lui un formidable physique et des comportements qui n’ont pas échappé aux observateurs excellents qu’étaient les artistes-chasseurs. Tantôt rigoureusement retranscrit, tantôt librement interprété, le bison mérite un large détour. Nous proposons de redécouvrir son image à travers une approche naturaliste de l’animal vivant. L’anatomie, la biologie, la physiologie et l’éthologie seront ainsi convoquées afin de distinguer dans le flot des images ce qui appartient au regard du chasseur et à la main de l’artiste.

La conférence sera suivie d'une séance de dédicace avec le livre "Qu'est-ce que l'art préhistorique".

 

  PP-portrait-1

     Patrick Paillet est Docteur en Préhistoire et Maître de conférences Hors Classe HDR du Muséum national d’Histoire naturelle. Plasticien, puis Préhistorien de formation, il s’est spécialisé dans l’étude des comportements et représentations symboliques des hommes modernes de la Préhistoire, notamment dans leurs expressions graphiques et plastiques. L’art rupestre et pariétal (sites à l’air libre, sous abris et grottes ornées) et l’art mobilier préhistoriques (objets ornés) constituent son quotidien de chercheur. Il explore aujourd’hui les relations homme-animal dans le champ des représentations, après avoir développé une approche naturaliste du bestiaire paléolithique.