MENU
Fermer
Bienvenue dans votre Lascaux !
Accéder à mon espace personnel



Pas encore de compte ?
Mot de passe oublié
Ou se connecter avec


L' Oeuvre du Mois

Posté le 17 Septembre 2018 par L'équipe Lascaux

Daniel DEZEUZE (Né en 1942) – Suite Lascaux - 1982-1984 – Technique mixte

Lascaux IV

 

A-Dan-Courtice---Expo-Parietal---DAN_8078_Web

 

Daniel Dezeuze est un plasticien inclassable qui entremêle peinture et sculpture avec un regard aiguisé sur son art et sur le monde. L’artiste utilise les matériaux, les couleurs, les formes géométriques et l’espace en faisant varier les pleins et les vides.


Ces œuvres peuvent-être radicales et déroutantes, tant pour ses admirateurs que pour le grand public. Il fut influencé par les évènements de la société qui l’entoure - Mai 68 en tête.


Son objectif a toujours été de dépouiller la peinture afin de libérer l’artiste. Il retranscrit l’espace réel sans matérialiser la perspective.
Issu d'un milieu bourgeois, Daniel Dezeuze s'est écarté, passé ses vingt ans, de la peinture classique et figurative en découvrant l'expressionnisme et les muralistes mexicains (1).

 

A-Dan-Courtice---Expo-Parietal---DAN_8074_Web


Au printemps 1965, l’artiste se rend à New York et découvre la peinture de Pollock, Morris Louis et Rothko. Il retourne en Amérique du Nord à la fin de l’année 1965 et s’installe à Toronto. Dans son atelier de Toronto, il peint et s’intéresse à l’objet à la manière de Marcel Duchamp.


"J'ai toujours cherché à alléger la peinture, au propre comme au figuré, de ce qui me semble son obscénité fondamentale", explique l'artiste dans un entretien donné en 1980.


Lors de sa venue à Lascaux dans les années 1980, Daniel Dezeuze a été frappé par le rythme des dessins et la représentation du mouvement. Avant de réaliser cette œuvre, il s’est demandé comment un artiste d’aujourd’hui, tel que lui, peut-être l’héritier de ce rythme, de ce mouvement, et même de cette danse.


Dans cette œuvre, il montre la spontanéité du geste de l’artiste et exprime également le mouvement de la paroi. Il retranscrit le mouvement crée par la main de l’homme et le mouvement crée par la nature (paroi).


Cette série est présentée sur le site de Lascaux IV jusqu’à la mi-novembre. Elle est divisée en deux parties. La première partie représente l’ambiance et la deuxième montre le travail sur le mouvement avec quatre formats et des techniques mixtes (crayons, pastel, lavis…).


La grotte est composée de tracés géométriques avec les signes (signes quadrangulaires par exemple) et de tracés déconstruits tels que ceux de l’abside qui créent un tourbillonnement de figures.


Il s’est inspiré des tracés désorganisés de l’abside. Ce n’est pas figuratif et complètement déconstruit. Cette déconstruction et désorganisation s’oppose à la géométrie de Penck.

 

1. Muralisme Mexicain : mouvement artistique qui s'est développé au Mexique au début du XXe siècle. Les trois artistes les plus influents associés à ce mouvement (« los tres grandes ») sont Diego Rivera, José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros. Ces œuvres sont principalement réalisées sur des murs, généralement dans des espaces publics. Le muralisme mexicain, à la suite de la révolution mexicaine de 1910, a prétendu donner une vision de l'Histoire à toutes les composantes du peuple mexicain, par le biais d'un art naïf accessible à tous les types d'observateurs, y compris les analphabètes. Ces peintures, illustrant la gloire de la révolution mexicaine et des classes sociales qui lui sont associées (prolétaires, paysans), ont été réalisées dans des lieux publics tels que le Palais national de Mexico.

 

Pour découvrir la vidéo de présentation de l'expo cliquez ICI

Votre commentaire a bien été envoyée.

Vous souhaitez commenter cet article ?
Remplissez notre formulaire ci-dessous





Allez plus loin...