MENU
Fermer
Bienvenue dans votre Lascaux !
Accéder à mon espace personnel



Pas encore de compte ?
Mot de passe oublié
Ou se connecter avec


L' Oeuvre du Mois

Posté le 01 Novembre 2018 par L'équipe Lascaux

Constantin BRANCUSI (1876-1957) – Mademoiselle Pogany I – 1912-1913 – Plâtre - Centre Georges Pompidou

Lascaux IV

oeuvre1

Constantin BRANCUSI (1876-1957) – Mademoiselle Pogany I – 1912-1913 –
Plâtre - Centre Georges Pompidou

 

Constantin Brancusi est souvent vu comme l’un des plus grands sculpteurs du XXème siècle. Né en Roumanie, il se forme à l’académie d’art de Bucarest et à l’Ecole des beaux-arts de Paris, où il est l’élève de Rodin. Très vite, il s’éloigne de l’esthétique de son maître en épurant sa sculpture. Son objectif est de créer une forme absolue et pure en dépouillant le volume et en se tournant vers l’art primitif, préhistorique et l’art populaire roumain.


Ici, il s’agit du portrait de Margit Pogany, fille d’un célèbre avocat hongrois d’origine roumaine. Pour l’artiste, Mademoiselle Pogany est à la fois signe  absolu, femme, esprit et objet. L’artiste accentue le caractère sacré de cette sculpture en la posant sur un socle. Un même mouvement lumineux relie tous les traits du visage. Le nez et les yeux immenses en amande s’inscrivent dans une même forme qui commence avec les mains et se prolonge avec le cou et le crâne. Au-delà d’une représentation réaliste, Brancusi exacerbe les différentes parties du visage pour s’approcher au plus près de la sensibilité de son modèle.

L’art paléolithique, découvert à la fin du XIXème siècle avec la grotte d’Altamira, a eu beaucoup d’influence sur les artistes du XXème siècle. Certains ont été influencés par des thématiques qui ont balayé l’histoire de l’art au fil des siècles.


Constantin Brancusi a repris dans ses sculptures la thématique des Vénus. Cette Mademoiselle de Pogany est clairement inspirée de la Vénus de Brassempouy ou Vénus à la capuche, chef-d’œuvre de l’art Paléolithique, découverte en 1894 dans le département des Landes.

 

oeuvre2

Dame de Brassempouy, vers -21000

 

Dans sa sculpture, Brancusi épure les traits du visage, montre l’émotion en accentuant les yeux en amande et met l’accent sur le mouvement comme si la sculpture tournoyait sur elle-même.
Une autre version de cette sculpture est visible toute l’année sur les écrans de la Galerie de l’imaginaire du Centre international de l’Art Pariétal (Lascaux IV).

 

Votre commentaire a bien été envoyée.

Vous souhaitez commenter cet article ?
Remplissez notre formulaire ci-dessous





Allez plus loin...