MENU
Fermer
Bienvenue dans votre Lascaux !
Accéder à mon espace personnel



Pas encore de compte ?
Mot de passe oublié
Ou se connecter avec


L' Oeuvre du Mois

Posté le 03 Janvier 2019 par L'équipe Lascaux

Le cheval renversé – Grotte de Lascaux – Paléolithique supérieur© Dan Courtice

Lascaux IV

 

 

danr

Le cheval renversé – Grotte de Lascaux – Paléolithique supérieur© Dan Courtice

 

Ce mois-ci nous allons nous intéresser au panneau du cheval renversé de la grotte de Lascaux.


Peints à la fin de la galerie, les chevaux échappent à la confusion des superpositions rencontrées ailleurs dans la grotte.

La position surprenante de ce cheval attire l’œil plus que les autres peintures environnantes. De tous les chevaux de la grotte (364 au total), c’est le plus spectaculaire pour l’animation qu’il présente.


Il a les quatre pattes en l’air, preuve de la grande liberté figurative adoptée par l’artiste.


La position du corps de l’artiste, la difficulté d’exécution de l’œuvre sans jamais pouvoir la contempler dans sa totalité, avec une lampe à graisse, l’exiguïté de la galerie, concourent à produire l’émotion.


Chute-t-il? Il s’enroule autour d’un faux pilier rocheux qui introduit du temps, celui de sa découverte progressive. L’auteur lui-même ne l’a jamais vu en entier. L’artiste possédait une vision interne complète de l’animal. Il n’avait donc pas besoin de modèle sous ses yeux.


C’est une réelle prouesse technique !! Imaginez-vous dans le noir quasi complet, peindre de mémoire un cheval sur une surface rugueuse qui ne tolère aucune erreur, sur une paroi courbe, le visage collé à la paroi et ne le voyant jamais dans son intégralité et, chose incroyable, en respectant parfaitement les proportions !!!

Cette œuvre montre la réelle maîtrise technique de son auteur !


La liberté d’exécution, la maîtrise du support et l’intégration parfaite dans ce type de contexte topographique font de cette représentation un véritable chef-d’œuvre du Paléolithique.


C’est aussi un chef-d’œuvre pour nous, homo-sapiens du XXIème siècle. De cette œuvre, se dégagent la même puissance et la même force que les œuvres qui ornent actuellement les murs de nos villes. Le graffiti, ou l’art de s’emparer des villes, à l’aide de bombes, de crayons ou un pinceau à la main.

S’il est de plus en plus tendance dans notre société contemporaine, il a pourtant bien été créé par nos ancêtres il y a plusieurs millénaires.

Il suffit de regarder ce cheval et ceux peints par le graffeur Lasco pour ressentir une émotion et une continuité entre ces deux arts.

 

lasco_1

 

 

Votre commentaire a bien été envoyée.

Vous souhaitez commenter cet article ?
Remplissez notre formulaire ci-dessous





Allez plus loin...