MENU
Fermer
Bienvenue dans votre Lascaux !
Accéder à mon espace personnel



Pas encore de compte ?
Mot de passe oublié
Ou se connecter avec


L' Oeuvre du Mois

Posté le 01 Juin 2018 par L'équipe Lascaux

Pierre Tal Coat (1905-1985) – Sur quatre murs – 1957 – huile sur toile

Centre International de l'Art Pariétal Montignac-Lascaux

 

talcoat

 

Sérénité ? Je ne sais pas. Gaieté ? Non. Alors enfermement ? non plus. Magie ? Peut-être...


Nous ne savons pas comment définir la sensation que nous éprouvons en regardant cette oeuvre de Pierre Tal Coat. En tout cas, ce qui est sûr, c’est que cette oeuvre nous questionne, nous étonne. Comment, après avoir vu la grotte de Lascaux, l’auteur a pu peindre une oeuvre pareille ? Et pourtant, tout semble évident. Nous sommes là, dans la grotte et nous ressentons la même chose que lors de notre visite. L’artiste se met à notre place et exprime ce que nous avons ressenti quelques heures auparavant.


Cette oeuvre retranscrit à la fois l’oppressement et l’apaisement que le visiteur peut ressentir lorsqu’il visite la grotte. Ici, la grotte, bien qu’endroit clos, humide et sombre, apparaît comme un lieu de sérénité dans lequel l’enchantement et la magie opèrent. Nous sommes prêts à nous laisser porter par cette invitation au voyage.


Il ne s’agit pas de faire comme la grotte, il s’agit de vivre une métamorphose. Ce tableau nous fait vivre cette transformation de la paroi de la grotte jusqu’au plan vertical de la toile.

Pour Pierre Tal Coat, un artiste est quelqu’un qui transforme une émotion, une sensation en quelque chose de mystérieux.


Dans cette oeuvre, il reprend les couleurs de la paroi avec le jaune qui évoque la couleur de la roche, le blanc représente la calcite. Des tâches informes se démarquent mais sont indissociables de cette paroi. Durant sa visite de la grotte, Pierre Tal Coat a été impressionné par les murs, les couleurs, le suintement de la paroi, l’humidité, les ocres, les bruns, la transparence, etc.


L’artiste nous entraîne dans son monde à la fois abstrait et figuratif. L’oeuvre peut, en effet, paraître abstraite mais, dès que nous la regardons, nous nous sentons directement transportés dans le monde imaginaire de Pierre Tal Coat.


Pierre, Louis, Corentin Jacob, fils de marin-pêcheur, naît en 1905 à Clohars-Carnoët dans le sud du Finistère. De tout temps, il fut passionné par les sites mégalithiques bretons.


Clerc de notaire en 1923 à Arzano, mouleur et peintre céramiste à la Faïencerie de Quimper en 1924, il dessine au crayon, au fusain ou au pastel, des personnages et des paysages de la campagne bretonne.


Il voyage énormément, rencontre de nombreux artistes dont Picasso et peint ce qu’il a autour de lui : la nature, les animaux, etc. Veines de silex, Troupeaux, Vols d’oiseaux…


Grand randonneur, il voyage en Dordogne, visite Lascaux et les Eyzies – de - Tayac, il crée les Passants, Sauts, Course. En 1963, Tal Coat réalise une mosaïque pour le mur d’entrée de la Fondation Marguerite et Aimé Maeght à Saint-Paul de Vence.


La fondation Maeght possède un grand nombre d’oeuvres de Pierre Tal Coat. Le Centre International de l’Art Pariétal Montignac – Lascaux vous en dévoile une, Sur quatre murs, que vous pouvez admirer jusqu’au mois de Novembre dans le cadre de l’exposition Pariétal qui présente quatre artistes qui ont été influencés par l’art de Lascaux dans leurs oeuvres.


Cette oeuvre n’a jamais été exposée auparavant. Elle a été découverte au fond d’une cave de la Fondation Maeght, toute poussiéreuse, endommagée, moisie et déchirée. La Fondation Maeght en a effectué la restauration.


L’oeuvre a donc connu une « métamorphose physique » pour venir jusqu’à nous et nous faire vivre cette « métamorphose spirituelle ».

Votre commentaire a bien été envoyée.

Vous souhaitez commenter cet article ?
Remplissez notre formulaire ci-dessous





Allez plus loin...